Top News

Le corysa

Tous les propriétaires de chats ou lapins ont une peur bleue du corysa. Cette maladie respiratoire d’origine bactérienne est un véritable fléau chez nos rongeurs et félins préférés.

Les animaux vivants en communauté telle que des refuges ou animalerie sont plus exposés au Corysa.

Cette maladie ressemble à un rhume (toux et éternuements), puis en s’aggravant des écoulements au niveau du nez et des yeux apparaissent. La perte d’appétit et des taches rouges au niveau de la bouche peuvent être également des symptômes.

Cette maladie est très grave, si vous ne traitez pas votre lapin ou chat très rapidement l’issue peut être fatale.

Les origines bactériologiques du corysa sont différentes entre le lapin et le chat. C’est pourquoi nous allons vous détailler les différences entre ces deux espèces.

Le corysa du chat

Chez le chat, le corysa se développe à cause de plusieurs virus et bactéries.

Le premier est le virus « Herpes virus » est responsable de l’infection du nez et des voies respiratoires.

Le second est le Calicivirus qui provoque de la fièvre. Ce virus déclenche l’écoulement au niveau des yeux et du nez, mais aussi des ulcères au niveau buccal. Dans la bouche du chat ces plaies sont très douloureuses et entraine une perte importante d’appétit.

Le troisième est le Reovirus, ce virus est bénin est ne provoque que quelques larmoiements.

Quels sont les symptômes du corysa du chat ?

Pour détecter le corysa, vous aurez l’impression que votre chat a attrapé un rhume. Fièvre, toux et éternuement sont les premiers symptômes de la maladie. Si la maladie n’est pas traitée tout de suite, cela peut s’aggraver et vous verrez apparaître un écoulement nasal et oculaire avec irritations et une perte d’appétit. Il peut arriver que des taches rouges apparaissent à l’intérieur de la bouche.

La période d’incubation est très courte ( 2 à 5 jours).

C’est une maladie très contagieuse qui se  transmet sans contact direct. La contagion se passe quand les chats éternuent ou se souffle dessus. Ce mode de contagion rappelle celui de la grippe chez l’être humain.

Si vous possédez plusieurs chats et que l’un d’entre eux présente ces symptômes, isolez le des autres sans plus tarder.

Par contre, le corysa du chat ne se transmet pas aux autres animaux et à l’homme.

Comment le guérir chez le chat ?

Pour combattre le corysa, il faudra opter pour un traitement a base d’antibiotiques. Ils seront administrés en comprimés, gouttes ou en injections.

Il faudra également pour mettre toutes les chances de votre côté, faire une aérosolthérapie. Il s’agit de faire des inhalations a base de plantes pour dégager les voies respiratoires.

Pour les cas les plus récalcitrants, il faudra administrer des antiviraux notamment de la L-Lysine. Il s’agit d’un acide aminé qui permet de stimuler le système immunitaire.

Pour les cas très grave, l’hospitalisation du chat sera nécessaire, afin de le réhydrater et de l’alimenter par sonde.

Comment éviter le corysa chez le chat ?

Le meilleur moyen de protéger votre chat contre le corysa est la vaccination. Le vaccin est actif contre les virus Calicivirus et contre la rhinotrachéite. Le protocole de vaccination se fait en deux injections à un mois d’intervalle. Un rappel sera à prévoir tous les ans. Cette maladie n’est pas à prendre à la légère. Car un chat guérit du corysa  est toujours porteur de la maladie pendant de nombreuses années. La maladie peut ré-apparraître à tout moment lors d’un stress, une mise bas ou une autre pathologie.

Corysa - maladie chat - animal buzzz

Le corysa du lapin

Chez le lapin, il y a deux sortes de corysa :

  • Le corysa d’origine allergique ou rhinite allergique

Il est dû à la poussière que font certaines litières, cette forme de corysa reste bénine pour le lapin.

  • Le corysa d’origine bactériologique

Il s’agit de la forme la plus dangereuse de corysa, car il peut être mortel pour le lapin.

La bactérie appellé « la pasteurelle » est responsable de l’infection respiratoire qui fait des ravages chez les lapins.

La pathologie engendrée par cette bactérie est appelée pasteurellose.

Les courants d’airs, les mauvaises conditions d’élevages, la promiscuité ou le stress du transport peut déclencher un corysa chez le lapin.

Quels sont les symptômes chez le lapin ?

Comme pour le chat, vous aurez l’impression que votre lapin a attrapé un rhume. Les éternuements fréquents est l’un des premiers symptômes.

Des écoulements nasaux avec des difficultés respiratoires peuvent apparaître. Le lapin en cas de grandes difficultés respiratoire se met à respirer par la bouche. Puis si le corysa continue à se développer, des écoulements oculaires abondant  vont apparaître. Ces sécrétions peuvent être liquide ou purulent. En prêtant attention aux pattes avant de votre lapin. Vérifiez si elles sont humides et souillé cela veut dire qu’il essaye de se débarrasser de ces sécrétions.

Il peut également apparaître des ulcères et abcès cutanés.

Si l’infection s’aggrave cela peut entrainer une septicémie et tuer le lapin en quelques jours.

Comment le guérir le corysa chez mon lapin ?

Le traitement du corysa du lapin ressemble a celui du chat. L’administration d’antibiotiques ainsi que des inhalations( aérosolthérapie) sont prescrit au lapin malade. Des soins de convalescence  et une bonne hygiène de l’environnement du lapin sera nécessaire. Pour évité de propager la maladie a vos autres lapins (si vous en possédez plusieurs). Isoler le lapin malade des autres lapins si possible dans un endroit fermé. Porter des gants ou laver vous les mains après avoir manipulé ou donner des soins au lapin malade. Prévoyez une tenue et des chaussures pour la zone de quarantaine. Eviter de laver les bols du lapin infecté dans le même évier que celui des autres lapins.

Malheureusement si le traitement du corysa n’est pas administré dès l’apparition des premiers symptômes. Les chances de survie du lapin sont très minces et le calvaire de l’animal dure parfois plusieurs semaines.

Comment éviter le corysa du lapin?

Contrairement au chat, il n’existe pas à ce jour de vaccin contre le corysa du lapin. Les seuls vaccins qui existent à ce jour sont contre la myxomatose et le VHD.

Pour éviter cette infection, il faudra bien ventilé la pièce ou vivent vos lapins. Evitez de les exposer aux courants d’airs, bien gérer l’humidité de la pièce et surtout faites très attention aux brusques écarts de température.

Les litières qui ont tendance à faire de la poussière sont à proscrire, car cela entraine des irritations respiratoires.

Lorsque vous acquérez un nouveau lapin, il est préférable de l’isoler quelque temps afin de voir s’il n’est pas porteur de maladie. Notre expérience avec nos lapins, nous confirme que les lapins d’éleveurs (lapins qui ont grandi à l’extérieur) sont plus résistants que des lapins vendus en animalerie.

Une pensée pour notre lapine Sissi qui est partie après avoir luttée de longues semaines contre le corysa.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *